ACTUALITES
19/04/19
Congrès FMBV AEMB
Le Congrès annuel des marchés aux bestiaux français et européens tenu les 9 et 10 avril à Pouligny-Notre-Dame a accueilli 5 délégations européennes et près de 120 participants pour 2 jours de visites professionnelles et de conférences.
Retour sur cet évènement !
Le marché au cadran de Chateaumeillant qui fête ses 20 ans cette année a ouvert le programme : les visiteurs ont pu apprécier le système de vente au cadran avec ring de présentation des animaux. La ferme expérimentale des Bordes a ensuite exposé ses travaux en matière d’agronomie, alimentation… et les participants ont pu visiter le nouveau bâtiment d’engraissement entièrement robotisé (robot distributeur, racleur, pailleuse…). Le mercredi, le marché de Sancoins a apporté un regard nouveau sur la vente aux enchères avec sa vente mobile dite « à la criée » où crieur et écran évoluent sur un chariot mobile à travers les parcs des animaux ; les acheteurs et vendeurs suivent le même parcours, boîtiers électroniques dans la poche pour enchérir.

UN CONGRES DES MARCHES DE BÉTAIL VIF FRANÇAIS ET EUROPÉENS

SOUS LE SIGNE DE L’OPTIMISME

 

UN FRANC SUCCÈS POUR CET ÉVÉNEMENT FRANÇAIS ET EUROPÉEN

Le Congrès annuel des marchés aux bestiaux français et européens tenu les 9 et 10 avril à Pouligny-Notre-Dame a accueilli 5 délégations européennes et près de 120 participants pour 2 jours de visites professionnelles et de conférences.   Le marché au cadran de Chateaumeillant qui fête ses 20 ans cette année a ouvert le programme : les visiteurs ont pu apprécier le système de vente au cadran avec ring de présentation des animaux. La ferme expérimentale des Bordes a ensuite exposé ses travaux en matière d’agronomie, alimentation… et les participants ont pu visiter le nouveau bâtiment d’engraissement entièrement robotisé (robot distributeur, racleur, pailleuse…). Le mercredi, le marché de Sancoins a apporté un regard nouveau sur la vente aux enchères avec sa vente mobile dite « à la criée » où crieur et écran évoluent sur un chariot mobile à travers les parcs des animaux ; les acheteurs et vendeurs suivent le même parcours, boîtiers électroniques dans la poche pour enchérir.

 

 

UN OPTIMISME TEINTE D’INCERTITUDES SUR LE PLAN EUROPÉEN ET MONDIAL

M. Nicolas Forissier, Député de l’Indre et ancien secrétaire d’Etat à l’agriculture a ouvert les travaux mettant l’accent sur les atouts de la ruralité et prédisant un nouveau dynamisme et attrait pour les territoires ruraux s’ils savent mettre en œuvre les moyens nécessaires (numériques notamment).

Loi de Santé animale européenne : une simplification encore peu visible

La première conférence a ensuite traité de la Loi de Santé Animale européenne, en cours de rédaction à la Commission européenne et qui entrera en vigueur en 2021. Elle prévoit une catégorisation des maladies, renforce la prévention et la biosécurité et a pour objectif de faciliter les échanges tout en protégeant la sécurité sanitaire.  Des changements sont prévus en matière de gestion des maladies et mouvements d’animaux et un fort impact est à prévoir sur la réglementation nationale qui sera à réécrire en profondeur.  Au niveau français, les organisations professionnelles sont très mobilisées aux côtés de la DGAl pour préparer les positions françaises. Des incertitudes persistent tant que la rédaction n’est pas finalisée.  L’objectif de simplification visé est encore peu perceptible par les autorités et professionnels français. Les intervenants à la table ronde estiment que l’accès aux informations sanitaires des animaux en temps réel serait un des moyens indispensables pour encore mieux gérer le sanitaire en France. La DGAl travaille à la dématérialisation du statut sanitaire. C’est déjà chose faite en Belgique.

Marché de la viande : des tendances lourdes et des équilibres instables

Sur la transparence des marchés, M. Ordeig Vila de la Commission européenne explique le rôle de suivi et analyse de l’information réalisé en interne (prix, volumes, évolutions) pour accompagner le marché. Dans l’UE, les prévisions donnent un nombre d’animaux et un prix qui vont  continuer à baisser en 2019 puis un rebond du prix des vaches en 2020. M. Hogan a mis en place une task force fin 2016 visant à légiférer  sur 3 piliers : contractualisation, pratiques déloyales, transparence. Ainsi, le Règlement Omnibus a permis de renforcer la possibilité pour les OP de contractualiser. Sur les pratiques déloyales, seule manque la publication du texte au journal officiel. Les EM devront transposer les éléments de la Directive dans les 2 ans.

Les intervenants de la table ronde (Interbev, FNB, Elvéa, marchés, négociant) réagissent et délivrent plusieurs messages forts sur l’état des lieux du marché de la viande et du vif et sur son avenir combiné à celui des marchés aux bestiaux : la situation actuelle du monde de l’élevage est catastrophique et on ne peut plus supporter que la production bovine soit la variable d’ajustement des négociations commerciales internationales.

Nous aurions les moyens de fixer des exigences de qualité sanitaire au moins égales aux nôtres vis-à-vis de pays socialement moins avancés que nous. Les marchés aux bestiaux sont quant à eux  les seules places donnant un prix de marché totalement transparent. Les intervenants mettent l’accent sur la nécessité pour les éleveurs de connaitre le prix de vente de leur animal avant son départ.  Les marchés doivent continuer ce qu’ils font : homogénéité et rassemblement des animaux, réseau social, lieu d’échange, de commerce, de vie des localités.

Les enjeux des prochaines années pour l’élevage et la ruralité tourneront autour des thèmes suivants : numérique, défi alimentaire, place dans les politiques et négociations internationales, contractualisation, sanitaire.

 

RAPPEL DES CHIFFRES ET INTERVENANTS

- Le marché au cadran de Chateaumeillant, qui fête ses 20 ans cette année, commercialise des bovins et ovins chaque lundi et mardi. Plus de 40.000 animaux sont ainsi commercialisés chaque année grâce à 1800 actionnaires pour un volume d’affaires de 25 millions d’Euros.

- Le marché à la criée de Sancoins commercialise plus de 50.000 bovins et ovins par an chaque mercredi selon un système de criée mobile.

- La FMBV compte 50 marchés répartis sur tout le territoire pour 1,1 million d’animaux échangés annuellement par 5 000 opérateurs commerciaux et 20 000 éleveurs.

- l’AEMB regroupe les fédérations et marchés de plusieurs pays d’Europe : Belgique, Danemark, Espagne, France, Irlande, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni. Elle représente ainsi près de 360 marchés aux bestiaux qui commercialisent, par vente aux enchères ou accord de gré à gré, plus de 22 millions de bovins, ovins, porcins et chevaux chaque année.

- Tables rondes

Interventions de Nicolas FORISSIER, ancien secrétaire d’Etat à l’Agriculture et député, Agnès GIRAUD, DGAl et Joaquim ORDEIG VILA, DG AGRI de la Commission européenne

Tables rondes avec : Dominique LANGLOIS, Président d’Interbev ; Emmanuel BERNARD, éleveur (FNB) ; Pierre-Marie THOMAS, négociant (FFCB) ; Philippe AUGER, éleveur (Elvea) ; Jérôme CHARTRON, chef des ventes (marché de Chateaumeillant, FMBV) ; Paul DRESIN, élu (Marché de Bourg en Bresse, FMBV).

MERCI A NOS PARTENAIRES


CONGRES FMBV ET AEMB 2019
LES 09 ET 10 AVRIL 2019 A CHATEAUMEILLANT (18)



Nous avons le plaisir de vous convier au Congrès national FMBV organisé cette année en même temps que le Congrès Européen de l’AEMB – Association Européenne des Marchés aux Bestiaux, membre de l’UECBV. Près de 360 marchés seront ainsi représentés.
Ce sera également l’occasion de fêter les 20 ans du marché au cadran de Chateaumeillant.

Mardi 09 Avril 2019
Rendez-vous est donné à 9h pour une visite guidée du marché de Chateaumeillant puis de la ferme expérimentale des Bordes l’après-midi.

Mercredi 10 Avril 2019
Visite le matin du marché voisin de Sancoins puis table ronde l’après-midi sur
1/ Loi de santé animale et impacts sur le commerce de bétail et les marchés
2/ Décryptage du fonctionnement et de la transparence des filières agricoles et en particulier de la filière des viandes. A travers les trois piliers suivants : la contractualisation (règlement ‘Omnibus’), les pratiques commerciales déloyales, la saisie et la transmission des prix.
Nous accueillons notamment M. Joaquim Ordeig Vila, représentant de la DG Agri de la Commission européenne, en charge du marché de la viande.

Côté pratique
Le Congrès se déroulera au Complexe hôtelier-Golf-Spa Les Dryades, 28 Rue du Golf, 36160 Pouligny-Notre-Dame.